mercredi 29 avril 2015

Une semaine à Cauterets, dans les Hautes Pyrénées

Mercredi 29 avril 2015

Nous avons voulu voir à quoi ressemblaient les Pyrénées à la fonte de la neige. Nous revoici donc à Cauterets pour une semaine au camping Cabaliros. Nous avions un mobil-home "hiver", et c'est incroyable à quel point il pouvait être douillet. Avis aux amateurs, le camping ouvrira complètement mi mai, et Fanny et Fred sont toujours aussi sympa et accueillants.

Alors la neige, elle a beau fondre, il en reste encore pas mal, mais surtout, ce sont d'énormes avalanches qui barrent parfois le chemin. Cauterets a eu entre autres une chute de neige de 1m50 en une nuit, alors forcément, ça a des conséquences...

Si nous avons pu traverser sans encombre cette avalanche sur le plateau de Cayan...




... cette autre, beaucoup plus bas, nous a obligés à faire demi-tour. Il aurait fallu traverser des ponts de neige dont certains s'étaient déjà effondrés. Partis pour un circuit au-dessus de Cauterets, nous avons dû faire demi-tour alors que nous étions presque arrivés. Résultat : une rando au moins une fois et demie plus longue que prévue.


 Voici quelques photos de Cauterets, de plus ou moins près :

 
Le bazar Catena, une caverne d'Ali Baba où l'on trouve tout. Il suffit de demander.

Cauterets vue du Turon des Oulles
A cet endroit, le pique-nique n'était pas très confortable. Voici pourquoi :

Ces petites bêtes avaient colonisé tout le secteur.
Le quartier du Mamelon Vert et le pic Cabaliros

La Fruitière est un endroit toujours aussi enchanteur.
  Nous y avons longuement observé cet isard (photo en digiscopie)


Cet autre broutait tranquillement au bord de la route (photographié à travers le pare-brise), tout en consultant les explications sur la formation des eaux thermales sulfurées.


Certaines femelles au moins ont déjà mis bas. A la lunette, nous avons pu en observer deux au dessus du camping, mais plutôt haut, bien évidemment. Leurs petits étaient le plus souvent dans leurs pattes et tétaient,  mais ils s'éloignaient déjà de temps à autre pour faire quelques cabrioles.

En dehors des deux individus très coopératifs que j'ai pu photographier, nous en avons vu de nombreux autres, mais ils se perchaient très haut, et à des endroits où l'on se demande toujours ce qu'ils peuvent trouver à manger.

Neige sur le plateau de Cayan

Cascade de Lutour à la Raillère
Les feuilles de hêtres sortent dans la hêtraie-sapinière en dessous du plateau du Lisey.