mercredi 24 octobre 2012

Red beans et Flying suckers à Vourey

Les Red beans et les Flying suckers à Vourey, avec FADER, le 29 septembre 2012

Décidément, en ce moment, je ne parviens pas à publier mes petites photos des évènements locaux dans le bon ordre. Je pare au plus pressé, et je me laisse déborder. Tant mieux, d'une certaine façon. Cela signifie que l'actualité musicale est plutôt chargée dans nos petites villes et villages en ce moment, ce dont personne ne va se plaindre.
Pour remédier à une injustice qui perdurait, voici donc des photos de nos Red beans (jazz New-Orleans) et des Flying suckers (rock) qui se sont produits l'un après l'autre le 29 septembre à Vourey, pour le lancement de la saison FADER.

Les Red beans au grand complet (enfin, sauf le batteur : mais pourquoi met-on toujours les batteurs derrière ?)
  


  


    
Les choses baignent dans l'allégresse,
Mais soudain, la belle mécanique se détraque : le pianiste cherche le chef
qui cherche lui-même ses musiciens.
Le saxo se pose des questions.
Et le batteur, que l'on a enfin retrouvé tout au fond, implore le ciel...
Bon, allez, c'est une blague. Simple rapprochement de photos marrantes !
Place aux Flying suckers




mardi 23 octobre 2012

Gadjenko à Vourey avec FADER

Samedi 20 octobre

Gadjenko, c'est de la musique qui évoque les Balkans, le flamenco, les mélodies klezmer... Des passages nostalgiques, et des envolées endiablées. Encore une fois, le public a été conquis !



Le violoniste dort.

Le guitariste aussi.
Heureusement, la clarinettiste veille !


Un percussioniste dont on voit rarement les mains : il joue du cajon.
Mais quand le violoniste se réveille, il est terrible, le groupe démarre, et ça donne ceci :
Petit extrait vidéo de Gadjenko à Vourey

Irlande, mai 2012

Un voyage en Irlande

Le voyage est déjà loin, mais les souvenirs merveilleux sont encore bien présents, et déjà, nous pensons à notre prochain séjour là-bas. Comment donner une idée de l'Irlande en quelques photos ? Difficile !
Allez, l'Irlande en trois mots : la lumière, les horizons, et la gentillesse des Irlandais.

Voici juste quelques photos, donc.

L'Irlande, nous y sommes allés en bateau. Je trouve que c'est une très bonne solution.
On commence à s'imprégner de l'ambiance, on prend son temps. 
Et la campagne irlandaise s'impose dans son immensité et sa beauté. 


Il y a des rivières, calmes...
ou tumultueuses, dont les eaux, teintées par la tourbe, ont la couleur du thé.
La lumière est magique, comme ici, à Slea Head, le Finistère de l'Europe.
Nous y avons rencontré ce petit mouton qui luttait contre un vent déchainé. 
Un coucher de soleil sur les falaises de Moher.
La mer et les montagnes à Roundstone. 
Il pleut parfois, mais à l'étage d'un double decker, ce n'est pas si mal, isn't it ?
Et puis, il y a les pubs.
On y écoute de la très bonne musique.
C'est bondé, mais quel accueil, et quelle chaleur humaine !
Et si vous ne deviez vous rendre que dans un seul pub, je vous conseillerais celui-ci. Il est dans un hameau perdu, Annascaul. Mais il a été fondé par Tom Crean. Tom Crean, c'est un jeune Irlandais qui avait été recruté par Scott et Shackleton pour des expéditions polaires.  Il est l'auteur de deux exploits ahurissants : une randonnée en solitaire sur les glaces du pôle sud pour aller chercher du secours pour un camarade malade (qu'il a sauvé), et, après la perdition de l'Endurance,  la fameuse traversée dans les 50èmes hurlants à bord d'un canot de 6 mètres, encore une fois pour aller chercher du secours. Après sa carrière d'explorateur, il était rentré chez lui et avait ouvert cette auberge. Son souvenir y est très présent. Allez donc y déguster un fish and chips et une bière. Vous aurez un pincement de coeur quand il faudra repartir...

samedi 6 octobre 2012

Biches et cerf

Dimanche 6 octobre 2012

Emploi du temps bien chargé en cet automne, alors c'est notre première (et sans doute la seule) sortie au brame de l'année. En plus, la Sologne, c'est pas la porte à côté... Nous avons fait de belles et longues observations à la lunette, mais sans pouvoir faire de photos, et puis, au cours de la journée d'hier, passée à l'affût, nous avons vu arriver une biche et son faon.
 

Mais la biche, au gré d'un retournement de vent, nous a repérés.

 
Quand on ne voit pas passer de bêtes, ce qui est le cas 99,99% du temps, il reste parfois de jolis effets de lumière sur les herbes couvertes de rosée.

Un peu plus loin, nous tombons sur ce superbe frottis de cerf. Enfin, superbe, selon l'avis du cerf, mais pas celui du forestier !

Finalement, après pas mal d'attente, un joli cerf (20 cors probablement) fait une apparition furtive. Le temps de faire deux photos, et il a déjà disparu.