dimanche 15 mai 2011

Soirée musique brésilienne à Vourey

Samedi 14 mai 2011

Encore une soirée "Entre-deux" à Vourey, organisée par FADER. Une musique brésilienne proche du jazz, intimiste, rythmée et envoûtante. A la guitare, Daniel Dumon et au chant, Gentiane. Deux musiciens de très grande qualité, un son tip-top les servant particulièrement bien, avec précision et délicatesse, et comme toujours, des idées déco qui font rapidement oublier aux spectateurs-convives qu'ils sont dans un gymnase.
Vous me direz que j'en fais un peu trop avec les louanges ? Faux ! Si le spectacle ne me plaît pas, vous n'en verrez pas des images dans ce blog, et vous n'aurez pas non plus mes commentaires...

Les préparatifs de la salle.



Place à la musique.

Dan Dumon à la guitare et Gentiane au chant.








vendredi 13 mai 2011

La montagnette (Vallon de Combau)

Mercredi 11 mai 2011

Encore une virée au vallon de Combau, pour grimper au sommet de la Montagnette. Il y a toujours beaucoup de fleurs, même si la sécheresse commence à griller la pelouse bien avant l'arrivée des troupeaux.

Peu après le départ, nous quittons le chemin et obliquons vers la gauche, grimpant dans la forêt. Nous montons jusqu'à nous trouver au niveau des éboulis sous la falaise de la Montagnette. Ensuite, nous marchons à l'horizontale, en balcon au dessus du vallon. Nous aurons quelques ravins à traverser, dont un encore enneigé, mais la fin du parcours devient très agréable car elle se passe sur un replat herbeux.

Nous avons une belle vue du vallon de Combau avec au premier plan la cabane de l'Essaure, le pas de l'Essaure, et au fond, le Mont Aiguille.


Vue sur le col du Creuson et la ligne de crête qui domine le col de Lus la Croix Haute depuis une vire sous la Montagnette. Cette photo est un assemblage de deux vues à l'aide du logiciel gratuit Hugin.

Il ne reste plus grand chose à monter pour nous retrouver au sommet de la Montagnette. De là-haut, la vue est à 360 degrés sur le plateau.
Et voici le vallon de Combau vu du sommet. Nous avons attendu 3/4 d'heure en espérant que le soleil illuminerait un peu mieux la ligne de crête de la Montagnette et le vallon, mais en vain.

A la descente, nous nous arrêtons pour photographier des fleurs.
Celle-ci, très délicate, doit être du lin des Alpes, mais ça reste à confirmer.
Lin des Alpes

Anthyllide des montagnes
Androsaces velues. Ces fleurs sont minuscules, mais magnifiques vues de près.
Androsace velue
J'ai trouvées amusantes ces trois gentianes bien alignées les unes sur les autres dans un creux de rocher.
Gentiane de Koch
Au retour, nous sommes passés par le lapiaz sur lequel nous avions rencontré notre traquet motteux.
Il était fidèle au rendez-vous.
Traquet motteux
Châtillon en Diois est un point de départ idéal pour de nombreuses randonnées sur le sud du Vercors. En cette saison, le camping est très calme, et les habitants, amoureux de leur région, sont ravis de donner leurs conseils.
Cependant, les vacances sont terminées. Il y aura donc beaucoup moins de messages sur mon blog dans les semaines à venir...

lundi 9 mai 2011

Nuit à la cabane de l'Essaure (vallon de Combau)

8-9 mai 2011 : Nuitée à la cabane de l'Essaure

Nous partons dans l'après midi, les sacs bien chargés (5 litres d'eau) pour passer la nuit à la cabane de l'Essaure, et nous balader en liberté sur le plateau le lendemain.

Même chargés, la montée au vallon de Combau est agréable.


Nous voici au refuge. A nous le coucher de soleil dans la montagne.



J'espérais voir l'Obiou tout rose. Ce ne sera pas le cas, la faute à quelques nuages mal placés. Nous profiterons néanmoins des belles lumières du soir. La végétation a bien changé par rapport à la semaine passée : les tulipes sont ouvertes, mais la pelouse commence à jaunir.
Tulipe sauvage
Avec la lumière du soir, les tulipes resplendissent.
Tulipe sauvage
Les ombres s'allongent, et les mouvements du terrain se révèlent.

Un nid de chenilles que je n'ai pas envie d'aller caresser.

Pour rien au monde, je ne passerais une soirée au Fouquet's, mais ici, c'est autre chose...
La salle à manger.

La chambre.

La terrasse.

Au petit matin, ayant étrenné un nouveau duvet qui s'ouvre aux pieds, je découvre le plaisir d'aller faire un tour dans l'air glacial en emmenant le lit avec moi. Génial !

Nous allons nous balader sans but précis ensuite, nous laissant guider par l'inspiration du moment, et nous posant souvent.  Nous nous retrouverons à la croix du Lautaret où nous ferons demi-tour. Très peu de photos de paysage, car je n'ai pris que le télé-zoom.

Nous verrons sept chamois, dont cette maman et son petit,

les inévitables marmottes,

et un traquet motteux coopératif.
Traquet motteux
Nous verrons aussi quelques merles à plastron et un monticole de roche que nous ne parviendrons pas à photographier.

Et toujours ces étendues semi-désertiques...

samedi 7 mai 2011

Pas de Chabrinel, pré Peyret, pas des Econdus

Vendredi 6 mai 2011

Encore une balade ayant pour thème les "pas" du Vercors, ces passages permettant, depuis les vallées, de monter sur le plateau. Départ en voiture du terminus de la route forestière au dessus de Romeyer, près de Die.
Autant l'avouer, la montée est pénible : on attaque dans des pistes d'exploitation forestière raides et couvertes de gravillon.

Heureusement, à l'approche du pas de Chabrinel, on sort de la forêt, et le paysage devient vraiment sympa.

La montée finale est toujours très pierreuse, mais finalement moins pénible que ce que l'on pourrait penser. Essayons d'imaginer que les romains (ou leurs esclaves) trimbalaient là-dedans les blocs de calcaire qui leur ont servi à bâtir la ville de Die !

Dans les derniers mètres, petit coup d'oeil vers le bas.

Arrivés au pas de Chabrinel, on se trouve sur une pelouse verdoyante en cette saison, agrémentée par une petite fontaine qui distille un filet d'eau. Outre que cette fontaine porte un nom dans lequel beaucoup de gens se retrouveront, on apprécie aussi l'humour concernant la qualité de l'eau.  Pour ceux qui ne comprennent pas le français littéraire, voici ma traduction : vous pouvez, en buvant cette eau régulièrement, être assurés de choper de temps à autre une terrible chiasse.

A deux pas de ladite fontaine, se trouve la cabane de Pré Peyret. 

Deux pas de plus, et l'on découvre, au nord, le Grand Veymont. Malgré les allures de grand beau temps, il ne fait vraiment pas chaud, il y a beaucoup de vent, et nous nous disons que le climat doit être rude au sommet du Grand Veymont.

Nous nous dirigeons vers l'ouest en direction du pas des Econdus. Toujours le même paysage à perte de vue.

Ici, toutefois, les arbres se sont regroupés, et mettent en valeur une superbe pelouse fleurie.

Le pas des Econdus s'atteint comme dans un rêve, après la montée à pré Peyret. Le chemin descend très légèrement.
 Nous voici en haut du passage. C'est là que nous allons redescendre pour retrouver, par une agréable diagonale en forêt, le chemin commun aux pas de Chabrinel et des Econdus.

Avec le vent, la forêt cogne, grince, craque. Au milieu de cette animation, il nous semble entendre de temps à autre une présence animale : aboiement de chevreuil, sifflement de chamois. En effet, nous verrons un chevreuil détaler en dessous de nous, et un peu plus loin, une harde de chamois. Pour les chamois, nous étions bien placés. Nous les avions détectés avant eux, et ils descendaient dans une clairière. Malheureusement, en bas de la clairière, se trouvait un promeneur qui, même s'il s'était figé, a été détecté, faisant rebrousser chemin à la harde. Dommage !

jeudi 5 mai 2011

Le pas de l'Aiguille, le Jas Neuf

Jeudi 5 mai 2011

Voilà, nous avons eu envie d'aller voir de plus près ce que nous regardions hier aux jumelles : la bergerie du Jas neuf. Départ de Chichilianne. Comme nous venons de Chatillon en Diois, nous traversons le col de Menée en voiture. Je n'ai pas pris de photos. Il faudrait s'arrêter tous les 100 mètres...
Nous démarrons du parking au bout de la route empierrée, et dans notre dos, nous avons ça. Il est souvent sur les photos en ce moment.

Quelques pulsatilles dans la montée.
Pulsatille
On monte en longeant un ravin dans lequel nous verrons une femelle bouquetin. Elle ira se percher sur un rocher.

 Nous voici au pas de l'Aiguille où se trouve un monument à la gloire du maquis du Vercors.

Un peu plus loin, le vieux refuge des Chaumailloux.

 Intérieur sobre, mais fonctionnel : abriter, manger, dormir.

Nous ne nous dirigeons pas tout de suite vers le Jas Neuf, car j'ai repéré un tapis de pensées sur notre gauche, et je voulais faire cette photo.

Vues de près, ce sont bien des pensées...

Et toujours cette ambiance des hauts plateaux dont on ne se lasse jamais.


Qu'est-ce donc ?

 Un chardon à l'envers !

Il est temps de descendre, mais il y a toujours de si belles fleurs...