lundi 21 mars 2011

Histoire de faussaire (et divers copinages)

Samedi 19 mars 2011

L'association culturelle FADER a fait venir à Vourey le duo "Histoire de faussaire". Un guitariste chanteur et un guitariste accompagnateur. Tous deux se sont fait une spécialité de nous ressusciter, le temps d'une soirée, le couple Georges Brassens - Joël Favreau. Et ils y parviennent fort bien ! Même rondeur de voix, même pétillement de l'oeil lorsque la chanson parle de fesse, et même légèreté bondissante dans l'accompagnement à la guitare.

Vourey est un tout petit village qui n'a pas les moyens de s'offrir une salle de spectacle. L'association FADER s'efforce donc, avec succès, de maquiller le gymnase pour lui donner une apparence de cabaret. Les spectateurs-convives ont donc pu, selon leurs envies, siroter une boisson accompagnée de petits gâteaux, ou plus radicalement, descendre un verre de rouge avec une assiette de charcuterie.
Pour le son, de grande qualité, et la lumière, le matériel était loué chez Music Plus.

Bon, ça, c'était pour les divers copinages. Il n'empêche que ce fut une excellente soirée. Alors, si ces deux-là passent près de chez vous, ne les ratez pas !

Place maintenant à quelques photos...
















Quelques vues des coulisses :






Il y a une fin aux meilleures choses :






Quelques bénévoles de FADER :




La bière dans tous ses états. En long :


En large :





Porteur de chaises anonyme :


Et tout ça est évidemment très fatigant :


samedi 12 mars 2011

Plateau de Font d'Urle

Jeudi 10 mars 2011
Il fait un temps superbe. Nous partons pour l'une de nos balades préférées : le tour du plateau de Font d'Urle. La voiture est garée à Font d'Urle. Nous montons à la porte d'Urle puis nous longeons les falaises en direction de l'est jusqu'au puy de la Gagère.

A la porte d'Urle, le givre déposé par le vent du nord tapisse les rochers.

Le vent a soufflé la neige sur les zones plates, mais il reste encore de belles corniches griffées par la bise.

Vue vers le sud avec, au centre, la forêt de Saoû et les trois Becs.


Dans notre dos, le Serre de Montue domine le plateau à l'ouest.

Nous attaquons la montée au Puy de la Gagère. En contrebas, le plateau, le Serre de Montue, et au loin le plateau d'Ambel et le roc de Toulau.

Dans la montée au Puy de la Gagère, ce pin est fidèle au rendez-vous.
Je ne sais pas quel âge il peut avoir. Nous le connaissons depuis plus de vingt ans, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il lui faut bien du courage pour arriver à subsister ici, exposé au froid et au vent.

Vue du Puy de la Gagère, en direction du plateau d'Ambel.

Sur le versant sud, la vie est sans doute un peu plus facile pour les arbres : ils sont plusieurs à s'y accrocher.

Le sommet du Puy de la Gagère offre une vue splendide vers l'est sur la plaine de Vassieu, le col de Rousset, la montagne de Glandasse, le grand Veymont, et... sur un tout petit bout du Mont Aiguille.

Nous poursuivons notre tour par le parcours de la crête de la Gagère. C'est une succession de petites montées et descentes. Heureusement, il n'y a pas de la neige partout, car nous commençons à enfoncer un peu. Nous redescendrons sur le plateau en profitant de quelques glissades en ramasse sur la pente.

Vassieu et le Grand Veymont.

Randonneurs à pied, en traineau, en raquettes, à ski, ou fly-surfers, chacun laisse sa trace sur le plateau.
Au premier janvier, nous avions fait la même balade. Les conditions étaient très différentes : il faisait froid, nous n'avions croisé personne, pas de trace humaine, et énormément de traces de chamois. Au Puy de la Gagère, 17 chamois nous attendaient. Cette fois-ci, les traces animales ont été rarissimes, et nous avons eu beau scruter les pentes à la jumelle, nous n'avons aperçu aucun chamois.

Selon la tradition, nous déposons quelques pierres sur les cairns qui balisent le GR 93.

Au cours de cette sortie, nous n'aurons vu que deux chamois, et encore, ce sera près du col de la Machine, depuis la voiture.

Nous rentrons par la route de Combe Laval. Les rochers y sont illuminés par le soleil déjà bas sur l'horizon.

lundi 7 mars 2011

Col de Romeyère

Jeudi 3 mars 2011.
Il faisait beau, quoique brumeux. Nous sommes montés au col de Romeyère où nous avons suivi le GR du tour des Quatre Montagnes.
La marche avec les raquettes aux pieds est assez pénible, et j'ai donc renoncé à emporter le gros Nikon et son objectif ultra-lourd. A la place, un appareil micro 4/3 beaucoup plus léger, mais qui manque de dynamique pour restituer des scènes aussi contrastées. J'essaierai d'être plus courageux une autre fois.


Vue vers le Sud en direction des gorges de la Bourne

Même les animaux cèdent à la mode des ronds-points.

Une ancienne ferme encore endormie